mercredi 17 janvier 2018

Un point c'est Tout

Point. Solitaire insignifiant parmi une ribambelle
De virgules, toi qui fait naître la sainte Majuscule,
Elle qui m'offre tout l'espoir d'entrevoir ma belle,
Telle Ishtar, nue suspendue à des points funambules.

Suis-je ce dieu mâle qui l'a banni un jour
En enfer, rejoindre mes fils de points - de suture -
La dépouillant à chaque porte d'un de ses atours,
Parce qu'elle vénérait l'Instant et moi la fracture ?

Ce point qu'il faut mettre à toutes choses,
Diabolisé d'être la chute, la fin, l'accès au néant,
N'est qu'un bâtard désœuvré, enfant de la Pause
Et du Souffle Manqué. Créateur du vers suivant.

Où est le point quand après la mort la vie continue ?
Où est-il quand après l'amour, l'amor vibre encore ?
J'ai, de cette ponctuation, patiemment criblés les nues,
Pourtant, elles demeurent, avancent et m'ignorent...

Si au terme d'une pensée, le point désir se pointer,
Ma foi, je rendrais la plume, l'air tout à fait aimable,
Mais peu importe alors où la vie souhaite me mener,
Car c'est de mon doigt, que j'écris la suite sur le sable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire